vendredi 8 juillet 2016

La fin de la "Fin de l'Histoire"



L’extension du système capitaliste, de la démocratie libérale et de la religion des Droits de l’Homme - les trois principaux tenants de la mondialisation libérale - est-elle notre unique horizon ? Oui, à en croire le philosophe américain Francis Fukuyama, le théoricien de la “Fin de l’Histoire”. Paru en 1992 et largement inspiré du penseur Alexandre Kojève, dans un contexte de fin de guerre froide et de triomphe apparent de la mondialisation libérale, son ouvrage La fin de l’histoire et le dernier homme et sa thèse font appel à de multiples disciplines, entre philosophie de l’histoire, philosophie politique, anthropologie et géopolitique. L’objectif des lignes qui vont suivre est de mettre en lumière les différents composants de cette “Fin de l’Histoire”, pour mieux la réfuter.

lundi 4 juillet 2016

Entretien avec Laetitia Strauch-Bonart, essayiste

Laetitia Strauch-Bonart est une jeune chercheuse, spécialiste des questions anglo-saxonnes. Toutefois il ne sera pas question aujourd'hui de Brexit, mais de conservatisme, de libéralisme, de Progrès, des questions sur lesquelles elle a réfléchi dans son essai : Vous avez dit conservateur ?. Entretien avec une collaboratrice assidue au Figaro Vox et au Point.

vendredi 1 juillet 2016

Après le mariage gay, la polygamie ?

"Nous souhaitons conserver le mariage comme cadre juridique de protection de la famille et de la filiation et ne pas en faire une reconnaissance sociale de l'amour, si je puis dire, qui ouvre la voie à de très nombreuses dérives. D'autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d'amour, je pense notamment à la polygamie." déclarait Marion Maréchal-Le Pen lors d'une conférence de presse à Milan avec la Ligue du Nord. Des propos qui firent immédiatement bondir les adeptes du politiquement correct, en réalité moins en raison de la teneur des propos que de l’étiquette politique de la personne concernée. Et si Marion Maréchal Le Pen avait raison ?

D’emblée, commençons par clarifier la visée de ce papier : je ne souhaite pas à tout prix polémiquer en soutenant que la polygamie est une pratique similaire à l’homosexualité. Je voudrais seulement mettre en lumière la logique libérale-libertaire qui a conduit à l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe. Une logique implacable, cohérente et rigoureuse. Mais une logique condamnable et réfutable.

“Pourquoi, par exemple, conserver la monogamie ? Pourquoi ne pas enfin reconnaître que jusqu’à maintenant seuls les monogames ont pu se marier et qu’ainsi les polygames ont été injustement discriminés puisqu’ils n’ont pu se marier qu’en niant leur désir polygame ? A cette question, que j’ai posée lors de mon audition à la Commission des lois de l’Assemblée nationale (13 décembre 2012), il m’a été répondu, en la personne du député EELV Sergio Coronado, que le peuple français n’était pas (encore) prêt à accepter cette grande réforme sociétale. Il est donc évident que la loi Taubira reste «polyphobe» et qu’aucun argument sérieux ne peut être opposé à la revendication de l’ouverture du mariage civil aux individus voulant contracter un mariage à n partenaires.” écrit Thibaud Collin dans Causeur, comme pour montrer que la polygamie n’est pas loin. Remontons un peu le temps pour se remémorer le débat qui eut lieu en 2013 à propos du mariage gay.